Menu

Nous sommes plus de 100 000 proches aidants dans la Capitale-Nationale

Nous constituons la structure portante du réseau de la santé
Le proche aidant désigne toute personne de l’entourage qui apporte un soutien significatif, continu ou occasionnel, à titre non professionnel à une personne ayant une incapacité ou une déficience, qu’elle soit physique ou mentale.

Quelques données générales

  • Les proches aidants assument de 70 à 90% des responsabilités en assurant eux-mêmes ce que toute personne autonome fait. Il s’agit de répondre et d’assurer les besoins de soins, de sécurité, d’hygiène et tout le suivi médical, etc., souvent jusqu’à épuisement.
  • Plus de 80% sont des femmes;
  • La moyenne d’âge des proches aidants se situe entre 46 et 55 ans et ces derniers sont sur le marché du travail;
  • Les proches aidants s’occupent de plus en plus de personnes aînées;
  • Les proches aidants prodiguent de 8 à 40 heures de soins par semaine et la tendance veut que, plus on avance en âge, plus ce nombre d’heures augmente;
  • Les risques que le proche aidant décède avant la personne aidée augmentent de 63% dans les trois premières années lorsque le proche aidant est lui-même âgé et en mauvaise santé.

 

Les causes sont multiples

  • Problèmes liés au vieillissement
  • Différentes formes de cancer
  • Maladies cardio-vasculaires
  • Problèmes de santé physique et / ou mentale chez l’enfant
  • Maladie d’Alzheimer et / ou démence

Pourcentages des causes nécessitant un proche aidant

Un apport efficace et peu coûteux

  • La contribution des proches aidants est évaluée à plus de 4 milliards de dollars annuellement pour le Québec
  • Le coût moyen annuel pour maintenir une personne malade et en perte d’autonomie dans un centre d’hébergement de longue durée est de 70 000$
  • Le coût annuel pour maintenir une personne malade à domicile est d’environ 10 000$
  • La presque totalité des aidés (96%) souhaitent vivre et mourir à domicile.

Le soutien aux proches aidants : plus nécessaire que jamais

  • Le vieillissement de la population est une réalité inéluctable
  • La Capitale-Nationale compte à elle seule 16% de plus de personnes aînées que la moyenne québécoise
  • Les besoins seront grandissants pour les prochaines décennies

Le vivre chez soi est le meilleur choix, selon les politiques ministérielles
Chez soi : Le premier choix – La politique de soutien à domicile
Vivre et vieillir ensemble chez soi dans sa communauté au Québec, 2012

Campagne de financement 2017-2018 Offrez quelques heures de répit aux proches aidants!